• Tout ici empeste la religion.

    Ce n’est pas que je la méprise, c’est juste que je l’abhorre.

    Parce que la transcendance est par définition ineffable, et que, incapable de me résoudre au déterminisme, je vois dans le libre arbitre une externalité de ce que, par convention, on peut appeler « Dieu ». Autant donc se concentrer là-dessus plutôt que sur quelque chose dont on ne peut rien dire, sauf en décortiquant d’obscurs enseignements prophétiques dont on peut extraire tout et surtout n’importe quoi.

    Ainsi, l’humain aurait une capacité plus que transcendantale, celle de faire des choix qui nulle part ne sont maktoub, écrits. Si « Dieu » il y a, il a abrogé sa pleine souveraineté.

    Donc, as far as I’m concerned, « Dieu », c’est nous.

    Et tous ces Dieux en puissance sont fascinés par la Grande et Sacro-Sainte Baballe Mondiale, devenue point Omega de substitution qui aurait sans nul doute poussé Teilhard de Chardin au suicide.

    Au risque de faire un peu d’anthropomorphisme, j’ose croire que nous sommes les fruits d’une lassitude divine qui tous les quatre ans se mue en désespoir.

    Le grand Emil a encore raison : « L’homme : animal schismatique que la société, somme de monstres endormis, cherche à ramener dans le droit chemin ». En ce moment, c'est celui des buts. Le seul avantage, c'est que ça fait une bonne excuse pour picoler.


    4 commentaires
  • Je suis entouré de cons. Mais alors, du très très gros calibre : je pense notamment à Goldarak, Erwin l’Ours de Palajas les Flots, Jérôme le Rabatteur et Hicham/Brasil. Vous aurez deviné que je les adore.

    Nous sommes maintenant persona non grata dans plusieurs endroits :

    - chez des petits Français dont la nana a peu apprécié que je demande à son frère si ça ne le gênait pas que sa sœur se fasse défoncer par un Franssaoui

    - chez des Américaines dont le bar a disparu suite à une incursion de Goldarak et Erwin

    - chez des Françaises dont la terrasse a été le Kourou d’un innocent lancer de bouteille d’arak.

    Nous sommes aussi très amis avec un abruti antisémite qui nous a fait hurler de rire en faisant remonter le sionisme à la déclaration Balfour, après avoir tenté de justifier la croix gammée qu’arborait fièrement son voisin autour du cou.

    Des militaires nous ont empêché de nous baigner dans le port de Beyrouth à 8 heures du matin, et une Arménienne me hait pour proposition illicite de « turquisation de sa chatte », sous prétexte que « j’encule les minorités ». (Bon j’avoue, c’était pendant le concert d’Apocalyptica, j’étais un peu en mode bourrin).

    J’ai aussi brillé lors d’un oral sur « la conception rousseauiste de la loi », le prof ayant jugé mon approche « hérétique ».

    Juin, c’est vraiment le meilleur mois.

    En plus, la Coupe du Monde nous matraque le poncif suivant : « we all speak one language : football ».

    Encore un bon prétexte pour repousser les limites de la décence et de la bêtise gratuite, excellent entraînement pour l’été et le monde à venir.


    7 commentaires
  • Vous avez lu le dernier Amélie ? Acide Sulfurique.
    C'est d'la bombe, âmes sensibles s'abstenir.
    L'histoire est cocasse, c'est un Loft Story sauce Dachau.
    En plus, Albin Michel a réussi un tour de force de mise en page, digne de David Shiffer : faire croire que ce bouquin a deux cent pages alors qu'il se lit en une heure.

    La profondeur de sa réflexion s'abreuve aux meilleures sources, Enyd Blyton ou Barbara Cartland, au bas mot.
    Elle est forte, la Nothomb : elle a pondu un livre qui décrochera sans mal le Prix Astrapi ou le Goncourt - J'Aime Lire.

    Bon, j'avoue, elle a peut être un peu déconné sur le titre : Oui-Oui à Auschwitz aurait été beaucoup plus approprié.

    Et dire que j'ai payé ça 22 dollars, soit 30 bières.

    Décidément, je suis incapable de gérer ma thune.

    Quoique les lecteurs de ce magazine consentiront peut être à me payer un coup.

    24 commentaires
  • Plus qu'un mois à Barbuland.

    Malgré le monceau d'absurdités et de réflexions débiles dont j'ai couvert ce pays, je commence à réaliser qu'il va me manquer.

    Je serais pourtant bien incapable de dire ce qui m'a séduit ici (enfin si, mais ça ferait genre mec sensible), alors que je sais précisément ce qui me débecte.

    La magie de l'Orient me direz-vous, si vous n'avez jamais mis les pieds ici.

    Ca doit être ma nouvelle colocation avec Ibn Julien: je n'ai plus internet, mais j'ai maintenant une bouteille d'arak en perfusion, et on mange liquide à chaque repas.

    Abu Charlot et Abu Brice sont deux étages au dessus, et deux copines françaises ont improvisé une piscine sur le toit de l'immeuble d'en face.

    Bref, c'est du grand n'importe quoi.

    On se fabrique des souvenirs bien superficiels pour oublier que ce pays dont nous sommes tombés amoureux va droit dans le mur.

    6 commentaires
  • Cet après midi, j'ai fait un exposé sur les caricatures danoises.

     

    Mon prof a moyennement apprécié le PowerPoint accompagnant la présentation, soit les douze caricatures originales du Jylland Posten.

     

    J'ai eu beau expliquer que la tradition musulmane est extrêmement floue concernant la représentation du sacré, que de nombreux chefs d'œuvre représentant le Prophète (PBASSL), des tapis, des Corans, et même une B.D illustrant sa vie circulent dans des pays peu suspects d'impiété, comme l'Iran, et que de toute façon l'aniconisme islamique a pour but d'éviter l'idolâtrie, « blasphème » dont on peut difficilement concevoir que ces dessins soient une incitation potentielle, rien n'y a fait.

     

    Le malheureux n'avait pas eu vent de la manipulation d'Ahmed Abu Laban, ce brave imam danois qui s'est offert un tour des pays musulmans pour les informer du scandale.

     

    Scandale qui n'était que dans ses valises, et non dans le journal danois : trois images ajoutées aux caricatures du Jylland, une censée représenter Mahomet affublé d'un groin de porc (photo de Jacques Barrot, garagiste à Tulle, et heureux gagnant du concours annuel de cri de cochon de Trie-sur-Baise), et deux autres piquées sur un site extrémiste américain (Mahomet accusé de pédophilie, vu qu'une de ses épouses avait neuf ans ; et Mahomet en prière en train de se faire enculer par un chien.) C'est ça qui a énervé du barbu, et pas le Jylland. 

     

    Mon prof a ensuite accusé l'Occident de vouloir imposer sa vision de la religion aux autres, et n'a pas du tout aimé que je lui rétorque qu'au contraire, dans cette affaire, ce sont bien les fanatiques qui tentent de nous imposer leurs interdits religieux.

     

    Sa conclusion, bien loin de celle de mon exposé : il faut rétablir le délit de blasphème.

     

    Je sens que je vais avoir une pure note, comme quoi je n'avais pas besoin d'avoir l'administration sur le dos pour faire un carton cette année.


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique